MIHAI ȘORA | LINIA VIEȚII | 2015 [trailer 1]

12 avril 2015 § 4 Commentaires

Va fi un punct și va fi o linie.

Și totul va fi viu.

……………………………………………

LINIA VIEȚII

Un film cu Mihai Șora: despre a fi, a face, a avea și despre cei care sunt sarea pământului.

© INSTITUT FONDANE | m u l t i m e d i a | 2015

„[…] Toate mogâldețele acestea sunt parte din mine, sunt ludicul din mine. Ele mă reprezintă, întocmai cum ductul scrisului – după care mă identifică un grafolog – face parte din persoana mea. Ductul acesta este ireductibil la orice alt duct al altei persoane.

[…] Îmi place să mă joc. Dar jocul este un lucru foarte serios întotdeauna. Orice fel de joc are niște reguli foarte precise, pe care trebuie să le respecți când te joci. Lucrul devine extrem de important când, la acest joc, participă mai multă lume, dar chiar în joaca asta cu tine însuți încă există reguli pe care trebuie să le respecți.

[…] Nu am această propensiune de a mă întoarce asupră-mi sau, mai exact spus, de a mă proiecta în față și de a mă vedea pe mine însumi ca pe o alteritate. Eu sunt un punct de referință pentru lumea înconjurătoare, care nu are cunoștință de el ca punct de referință. Deci tot interesul merge spre lume și lumea cu care intru în relație o absorb, dar nu o absorb cu gândul la mine. Este un fel de proiecție-absorbție care, la modul conștient, se prezintă ca o proiecție și care, în realitate, este o apropriere, un fel de a-mi însuși lumea. Dar nu cu această intenție, ci cu intenția de a o cunoaște acolo-unde-e-ea, acolo: la ea « acasă ».“

Alte detalii despre Mihai Șora pe pagina oficială de Facebook, la adresa:

www.facebook.com/mihaisora

Il y aura un point et il y aura une ligne.

Et tout sera vivant.

……………………………………………

LA LIGNE DE LA VIE

Un film avec Mihai Șora: sur être, faire, avoir et sur ceux qui sont le sel de la terre.

© INSTITUT FONDANE | m u l t i m e d i a | 2015

« […] Tous ces lutins font partie de moi, ils sont mon côté ludique. Ces dessins me représentent de la même façon que le tracé de l’écrit – d’après lequel peut m’identifier un graphologue – fait partie de mon être. Ce tracé est irréductible à tout autre tracé d’une autre personne.

« Lire la suite »

COLLOQUE | Bachelard 2012 – le surrationalisme 50 ans après | Paris, 21-23 mai 2012

21 mai 2012 § Poster un commentaire

Croquis de Gaston Bachelard par Prieur pendant un cours | cca. 1928 |

 

Bachelard 2012 : le surrationalisme 50 ans après
Journées de synthèse : 21, 22 et 23 mai 2012
Centre International de Synthèse – CIRPHLES (ENS) – LARSIM (CEA)
à l’École Normale Supérieure (45, rue d’Ulm – Salle Dussane) 

 «Le passé de la culture a pour véritable fonction de préparer un avenir de la culture.» | Gaston Bachelard, L’Activité rationaliste de la physique contemporaine, 1951 |

Cinquante ans après la disparition de Gaston Bachelard (1884-1962), son œuvre continue d’orienter la pensée vers l’avenir. Le Centre International de Synthèse, dont il fut longtemps un membre actif, le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière (Larsim-CEA) et le Centre international de recherches en Philosophie, Lettres, Savoirs (Cirphles-ENS) entendent rendre hommage à cette incitation inestimable à l’ouverture de la culture à son propre dépassement.

Si lire Gaston Bachelard aujourd’hui, c’est forcément le relire à la lumière du présent, on ne sera fidèle à l’esprit de son travail qu’en faisant jouer aussi par avance cette récurrence sur notre propre temps et en adoptant une posture résolument surrationaliste. Quelles sont les perspectives de progrès qui peuvent éclairer l’activité (sur)rationaliste actuelle? Comment la pensée bachelardienne aide-t-elle à repousser l’horizon de notre temps?

« Lire la suite »

COLLOQUE | La douceur dans la pensée moderne | Paris, 15-17 décembre 2011

14 décembre 2011 § Poster un commentaire

.

Colloque La douceur dans la pensée moderne
organisé avec le soutien de  l’équipe THETA | UPR 76 du CNRS « Lire la suite »

■ E. M. Cioran – Hamlet ■

27 mai 2011 § 1 commentaire

© Luiza Palanciuc | Cioran : (en) Hamlet | 2011

Durant les longues nuits des cavernes, des Hamlets en quantité devaient monologuer sans cesse, car il est  permis de supposer que l’apogée du tourment métaphysique se situe bien avant cette fadeur universelle, consécutive à l’avènement de la Philosophie.

©

  • Texte : E. M. Cioran, De l’inconvénient d’être né (extrait), Paris, Éditions Gallimard, 1973, p. 30.
  • Image : Luiza Palanciuc, Cioran : (en) Hamlet, 2011.

■ E. M. Cioran – éboulement ■

24 mai 2011 § 4 Commentaires

© Luiza Palanciuc | Cioran : éboulement | 2011

La «prière ininterrompue», telle que l’ont préconisée les hésychastes, je ne pourrais m’y élever, lors même que je perdrais la raison. De la piété je ne comprends que les débordements, les excès suspects, et l’ascèse ne me retiendrait pas un instant si on n’y rencontrait toutes ces choses qui sont le partage du mauvais moine: indolence, gloutonnerie, goût de la désolation, avidité et aversion du monde, tiraillement entre tragédie et équivoque, espoir d’un éboulement intérieur…

©

  • Texte : E. M. Cioran, De l’inconvénient d’être né (extrait), Paris, Éditions Gallimard, 1973, p. 181.
  • Image : Luiza Palanciuc, Cioran : éboulement, technique mixte (encre de Chine et montage numérique), 20 x 30 cm., 2011.

■ Fondane et le «dieu malin» | extrait | 1940 ■

22 mai 2011 § 1 commentaire

© Ben Ali Ong | Refluent Hours |

…clin d’œil sur les plaisirs (et les embûches) de la traduction, cet extrait de l’œuvre philosophique de Fondane.

Si quelque dieu malin, comme Descartes en a supposé un pour les besoins de sa dialectique, se fût proposé, dans un dessein qui nous échappe, de contredire l’un après l’autre tous les fondements de notre pensée logique et, en ayant conçu un schème parfait, l’eût placé dans un être humain afin d’établir la preuve qu’une telle pensée peut être adéquate aux choses, et un tel être viable – il n’eût put imaginer un tel type plus idoine à réaliser ce plan que celui que la «nature» nous a offert d’elle-même, semble-t-il, en créant l’homme primitif.

Dacă vreun (dumne)zeu viclean, aşijderea celui pe care Descartes şi-l închipuise pentru nevoile dialecticii sale, şi-ar fi propus, în vederea unor ţeluri care nouă ne scapă, să contrazică, unul după altul, toate temeiurile gândirii noastre logice şi, concepând o schemă desăvârşită, ar fi aşezat-o într-o făptură omenească, pentru a dovedi că o asemenea gândire se potriveşte cu lucrurile şi poate fiinţa într-o făptură, – n-ar fi izbutit să imagineze un tip mai potrivit să ducă la îndeplinire un atare plan, decât acela pe care „natura“ ni-l oferise, cu de la sine putere după cât se pare, creând omul primitiv.

  • Image : © Ben Ali Ong, Refluent Hours 4, 5, 6, triptych, 100×70 cm. each, United Galleries, Australian Contemporary Artwork.
  • Texte : Benjamin Fondane, extrait de l’article «Lévy-Bruhl et la métaphysique de la connaissance», paru dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger, Paris, Alcan/Presses Universitaires de France, CXXXIX, janvier-juin 1940, p. 312 (sixième partie).
  • Traduction en roumain : Luiza Palanciuc & Mihai Şora (à paraître).
Pour citer cet article:
Gratias agimus.

■ Benjamin FONDANE, Inconvénients de la primauté de l’économique (1935) ■

14 avril 2011 § Poster un commentaire

© Pierre Alechinsky | 1979 |

 

 

|…| C’est dire que l’économique est une découverte, une acquisition, un instrument admirable forgé par l’esprit ­né, comme toutes les choses de l’esprit, de son infinie et patiente application sur le hasard et la matière.

 

  • INCONVÉNIENTS DE LA PRIMAUTÉ DE L’ÉCONOMIQUE

 

« Lire la suite »

Où suis-je ?

Entrées taguées philosophie sur INSTITUT FONDANE.