COLLOQUE | Autour de Raymond de Becker | Bruxelles, 5-6 avril 2012

17 février 2012 § Poster un commentaire

Occupation allemande de Bruxelles (1940-1945)

.

.

COLLOQUE INTERNATIONAL D’HISTOIRE
Autour de Raymond De Becker (1912-1969)
Facultés universitaires Saint-Louis
Bruxelles, 5 et 6 avril 2012

.

.

Étrangement, la figure de Raymond De Becker (Schaerbeek, 30 janvier 1912 – Versailles, 18 avril 1969), bien que souvent évoquée dans les travaux des historiens, n’a encore fait l’objet d’aucun travail biographique. «Quant à Raymond De Becker», écrivait fort opportunément il y a plus de quinze ans un ‘ami’ d’André Gide, son histoire reste à écrire, car il semble que son passage du christianisme prophétique au fascisme virulent ait fait de lui un personnage non seulement sulfureux mais tabou» [*].

Après des études secondaires inachevées à l’Institut Sainte-Marie à Bruxelles, Raymond De Becker trouve à s’employer au sein d’une entreprise d’import-export américaine. Il quitte ce poste après un an pour entrer au secrétariat de l’Association catholique de la jeunesse belge (ACJB) à Louvain en tant que secrétaire général de la Jeunesse indépendante catholique – cercle de jeunesse des classes moyennes – qu’il a créée en mars 1928 avec sept autres jeunes industriels et commerçants. Il entre en contact avec des étudiants de Saint-Louis via Conrad van der Bruggen à l’été 1931 et participe à la fondation de l’Esprit nouveau et des Équipes universitaires. Il interrompt ses activités fin décembre 1932 après le congrès de la Centrale politique de jeunesse pour entreprendre une retraite mystique en France, à Tamié, où il a déjà effectué une reconnaissance au mois de septembre précédent au retour d’un voyage à Rome. De Becker met au point les premiers statuts du mouvement «Communauté» et revient en Belgique en novembre 1933 après un passage à Paris où il a rencontré André Gide. Ayant fait la connaissance d’Emmanuel Mounier à Bruxelles début 1934, il contribue à la pénétration des groupes «Esprit» en Belgique. De 1936 à 1938, il est associé au comité de rédaction de La Cité chrétienne, puis passe à L’Indépendance belge, d’où il est renvoyé en 1939. Il participe alors à la fondation du périodique neutraliste L’Ouest, dirigé par Jean de Villers.

Occupation allemande de Bruxelles (1940-1945)

.

.

Durant l’Occupation, il deviendra directeur éditorial des Éditions de la Toison d’Or et rédacteur en chef du Soir volé. Il rompra cependant avec la collaboration en septembre 1943, justifiant sa rupture par l’incertitude manifestée par Léon Degrelle et les rexistes de s’attacher à défendre une structure étatique belge. Il sera alors placé en résidence surveillée, d’abord près de Genappe puis à l’hôtel d’Ifen à Hirschegg dans les Alpes bavaroises en Autriche où il côtoie notamment André François-Poncet. Condamné à mort le 24 juillet 1946 par le Conseil de guerre de Bruxelles, il sera cependant libéré en février 1951 mais contraint à l’exil. Il se réfugie alors en France pour y poursuivre une activité de publiciste principalement tournée vers la psychanalyse.

Ce colloque ambitionne donc d’aborder sans tabous cette figure capable de se mêler à tout ce qui compte dans les cénacles intellectuels belges et européens de l’entre-deux-guerres. A travers quatre sessions, il s’agira de revenir non seulement sur le parcours et les engagements du jeune publiciste dans les années 1930 et 1940, mais aussi de tenter de mesurer l’influence qu’il a pu exercer sur les nouvelles relèves belges et européennes. Cette démarche, essentielle, est compliquée par le fait que s’étant fourvoyé au nom de l’idée d’Europe unie dans la collaboration avec les nazis, le publiciste est devenu, dans la foulée de l’épuration, un «ami encombrant».

En ce sens, les contributions devraient aussi permettre d’appréhender l’angle-mort qui apparaît immanquablement dans le parcours de nombreux personnages-clés de l’histoire intellectuelle, politique et artistique (Paul-Henri Spaak, mais aussi Hergé, Paul De Man, Henry Bauchau) avant et après la Seconde Guerre mondiale. À cet égard, il est encore à espérer que cette rencontre permettra aussi de retrouver la piste de papiers et d’archives «oubliées» ou en déshérence de/sur Raymond De Becker…

Les différentes interventions feront l’objet d’une publication dans la collection des Archives et Musée de la Littérature à laquelle sera, notamment, adjointe une partie de la correspondance conservée entre Raymond De Becker et Jacques Maritain conservée au Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain de Kolbsheim.

Occupation allemande de Bruxelles (1940-1945)

.

.

Programme

Jeudi, le 5 avril 2012

13h15 : Accueil des participants

13h30 : Allocution de bienvenue par Nathalie Tousignant (Présidente du Département d’histoire des FUSL, Bruxelles)

13h40 : «Raymond De Becker : un état des lieux» Geneviève Duchenne et Étienne Deschamps (Université catholique de Louvain)

Raymond De Becker avant Raymond De Becker

Séance présidée par Éric Bousmar (FUSL)

14h : «Raymond De Becker et les fascismes belges», par Bruno De Wever (Université de Gand)

14h30 : «Les mentors de Raymond De Becker», par le Père Pierre Sauvage (Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur)

15h : «De Louvain à Rome. Raymond De Becker et le monde catholique», par Francis Balace (Université de Liège)

15h30 : «De Becker et l’illusion communautaire : du serment de Tamié au groupe Communauté», par Étienne Deschamps (Université catholique de Louvain)

16h : Débat

16h15 : Pause café

Le rayonnement intellectuel de Raymond De Becker dans les années ‘30

Séance présidée par Olivier Dard (Université de Lorraine, MSHL)

16h30 : «De Becker : une certaine idée de la Belgique. Réflexions sur une identité nationale et culturelle», par Catherine Lanneau (Université de Liège)

17h : «Raymond De Becker et l’Allemagne», par Hubert Roland (FNRS, Université catholique de Louvain)

17h30 : «Raymond De Becker et la France», par Frank Tison (Professeur d’histoire à Avignon)

18h : «L’engagement européen de Raymond De Becker», par Geneviève Duchenne (Université catholique de Louvain)

18h30 : Débat

19h30 : Dîner à la Fondation universitaire

Vendredi, le 6 avril 2012

Raymond De Becker, la collaboration intellectuelle, l’Épuration et l’après-guerre

Séance présidée par Bruno De Wever (Université de Gand)

9h30 : «Raymond De Becker dans le champ de la collaboration intellectuelle», par Albrecht Betz (Université d’Aix-la-Chapelle)

10h : «Raymond De Becker, un intellectuel très occupé (1940-1943)», par Alain Colignon (CEGES, Bruxelles)

10h30 : «Raymond De Becker dans la diaspora belge en France après la Seconde Guerre mondiale», par Frank Seberechts (ADVN, archief-, documentatie- en onderzoekscentrum, Anvers)

11h : «La fin de la répression et le traité européen sur la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales : l’Affaire De Becker (1956-1962)», par Koen Aerts (Université de Gand)

11h30 : Débat

12h : Pause déjeuner

Raymond De Becker : un ami encombrant?

Séance présidée par Francis Balace (ULg)

13h30 : «Raymond De Becker, de la Suisse à Planète», par Olivier Dard (Université de Lorraine, MSHL)

14h : «Raymond De Becker et Carl G. Jung», par Philippe Beck (Université catholique de Louvain)

14h30 : «Raymond De Becker et Paul-Henri Spaak», par Michel Dumoulin (Université catholique de Louvain)

15h : «Le monde d’Hergé», par Benoît Peeters (Paris)

15h30 : «Raymond De Becker et Henry Bauchau. Une amitié périlleuse», par Marc Quaghebeur (Directeur des Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles)

16h : Débat et bilan par Marnix Beyen (Université d’Anvers) et Olivier Dard (Université de Lorraine, MSHL)

17h : Fin des travaux

Comité organisateur :

Olivier Dard, Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine/Université de Lorraine ; Étienne Deschamps, Centre d’étude d’histoire de l’Europe contemporaine/Iacchos, UCL ; Geneviève Duchenne, Centre d’étude d’histoire de l’Europe contemporaine/Iacchos, UCL ; Nathalie Tousignant, Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences humaines, FUSL.

En Collaboration avec l’Institut d’études européennes (IEE), Université catholique de Louvain ; l’Institut d’études européennes (IEE), Facultés universitaires Saint-Louis ; le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHIDI), Facultés universitaires Saint-Louis ; le Fonds national de la Recherche scientifique ; la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine (Projet IDREA) ; l’Université de Lorraine ; le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH) ; les Archives et Musée de la Littérature (AML)/Promotion des Lettres de la Communauté française de Belgique.

Comité scientifique :

Francis Balace (Université de Liège), Albrecht Betz (Université d’Aix-la-Chapelle), Marnix Beyen (Université d’Anvers), Éric Bousmar (Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles), Vincent Dujardin (Université catholique de Louvain), Emmanuel Gérard (Katholieke Universiteit Leuven), Michel Dumoulin (Université catholique de Louvain), É.-M. Meunier (Université d’Ottawa), Hubert Roland (Université catholique de Louvain).

Inscriptions auprès de Mme Valérie Delporte (Cehec), Place B. Pascal, 1 bte L 3.03.21, B-1348 Louvain-la-Neuve, e-mail : valerie[point]delporte[at]uclouvain.be

Note : [*] P. Masson, «Autour de Raymond De Becker», in Bulletin des amis d’André Gide, vol. 23, janvier 1995, p. 40.

Images : photographies de presse – Occupation allemande de Bruxelles (1940-1945).

.

.

Pour citer cet article :
RESTITUTIO BENJAMIN FONDANE

.

.

Tagué :, , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement COLLOQUE | Autour de Raymond de Becker | Bruxelles, 5-6 avril 2012 à INSTITUT FONDANE.

Méta