■ Ioana Meier-Ostafi : voies, passages ■

20 mai 2011 § Poster un commentaire

Ioana Meier-Ostafi | 2011 |

 
 
 
 
loin loin
tel un aveugle
par la main ils m’emmenèrent

|Giuseppe Ungaretti|

Distance, détournement, déportement, déportation.

La langue française sait dire tous les chemins perdus de l’histoire – le déracinement, comme la déviation ou le dévoiement. Souvent, de ces présences migrantes il ne reste qu’un regard: celui qui éclaire, qui rappelle que la trace est à chercher aux confins de l’étreinte. Ainsi les figures (et leurs ombres) peintes par Ioana Meier-Ostafi : voies, mues, passages, sur lesquels nous reviendrons prochainement. LP

Tagué :, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement ■ Ioana Meier-Ostafi : voies, passages ■ à INSTITUT FONDANE.

Méta