■ Il était une fois… ■

3 avril 2011 § Poster un commentaire

 

 

Je m’avance et je sens tinter le poids léger du monde
dans mes mains.
« Lourde légèreté. » Que la balance est juste
entre réel et songe, entre la soif et l’eau !
Quelle tendresse exacte sépare l’immobile
du mouvement et quel dieu cueille au-dedans de nous
cette prière – ou cette absence de prière ?

 

… |Benjamin Fondane, Ulysse, XXXII (extrait), cca. 1929-1944|

 

 

… 

Tagué :, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement ■ Il était une fois… ■ à INSTITUT FONDANE.

Méta