■ Mircea Ivănescu – Mort-retrouvailles | 1968 ■

26 mars 2011 § 3 Commentaires

  

Mangelos (dit) | La mort | 1962

 

 

.

.

.

en vérité ce n’est pas vrai. la mort

n’a jamais fait personne retrouver personne – la mort est une houle élancée 

qui t’attrape les yeux fermés – et te berce –

et au début paraît un sommeil, et puis un oubli –

et puis le temps perd toute trace de sens,

il n’est que silence qui revient sur lui-même

avec un écho, l’unique écho – et celui-ci est un halo

tel la flamme du cierge – et puis la lumière

perd toute trace de sens – et puis le silence

laisse tomber le sens – pendu

à ce qui n’a plus aucun sens – et puis plus rien, pas

même un sens décharné, flottement dans le rien,

bouche-à-bouche avec le squelette du non-être,

rien de rien, puis il n’y a plus de puis,

plus d’aujourd’hui, et plus de mort.

 

non plus.

 

 

  • Texte : Mircea Ivănescu (n. 26 mars 1931) – Mort-retrouvailles, Traduction du roumain par Luiza Palanciuc („Despre moartea ca revedere“ (frg.), dans le recueil Versuri, Editura pentru Literatură, 1968).
  • Image : Mangelos (dit), Basicevic Dimitrije (1921-1987) – La mort, Gouache sur page de livre en papier glacé, 0,203 x 0,208 m., 1962, Paris, Musée national d’Art moderne – Centre Georges Pompidou.

 

 

.

.

.

Pour citer cet article:

Restitutio Benjamin Fondane – www.fondane.net

Gratias agimus.

 

 

.

.

.

Tagué :, , , ,

§ 3 réponses à ■ Mircea Ivănescu – Mort-retrouvailles | 1968 ■

  • Gina Vieru dit :

    Dragă Mircea Ivănescu!
    Când nici timpul, nici lumina nu mai au sens,
    când nu mai există niciun apoi, niciun după aceea,
    încă rămân: înainte, demult, cândva
    amintirea pâlpâie încă şi scoate la iveală cotloane de taină.
    Şi cuvintele, cuvintele aruncate în urmă ca de copiii aceia din poveste firimiturile,
    pe urma cărora sperau să regăsească la-ntoarcere drumul,
    cuvintele rămân, ele pâlpâie viu pe urma paşilor tăi
    şi ne vor duce la tine

  • lontzibus dit :

    l-am recitit acum
    cu pietate

    g

  • Gina Vieru dit :

    l-am recitit
    – cu pietate

    gina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement ■ Mircea Ivănescu – Mort-retrouvailles | 1968 ■ à INSTITUT FONDANE.

Méta