■ Appel à contribution | date-limite: 1er octobre 2009 ■

2 septembre 2009 § Poster un commentaire

|Cf., chez Benjamin Fondane, le discours non prononcé au Congrès International des écrivains de Paris (1935), intitulé L’écrivain devant la Révolution, paru aux éditions Paris-Méditerranée, en 1997, dans la collection «Les pieds dans le plat», avec une préface de Louis Janover. Traduction intégrale en roumain disponible prochainement dans la revue Vatra et sur le site spécialement consacré à Benjamin Fondane, http://www.fondane.eu (pour l’heure, en attente d’ouverture)|

APPEL A CONTRIBUTIONS

S’opposer politiquement en Russie aujourd’hui,

diversité des formes et des pratiques 

Bruxelles, 11-12 mars 2010

Date limite des propositions: 1er octobre 2009

Université Libre de Bruxelles

CEVIPOL

11-12 mars 2010

Vingt ans après la réforme de l’article 6 de la Constitution soviétique abolissant le rôle dirigeant du Parti communiste, où en est le pluralisme politique dans la Russie d’aujourd’hui?  

A mi-mandat de la présidence de Dimitri Medvedev et après les deux mandats de Vladimir Poutine durant lesquels une série de réformes institutionnelles est venue réduire l’espace d’expressions plurielles, comment se manifestent les oppositions politiques dans toute leur diversité?  

Les années 2000 voient se mettre en place une législation contraignante dans le sens d’une régulation accrue de la vie des partis (Janda, 2005). La compétition partisane s’est recomposée autour du parti du pouvoir et de ses satellites (Oversloot et Verheul, 2006). Les partis politiques d’opposition démocratique semblent des «espèces en voie d’extinction» (Gelman 2005), tandis que dans la société sont apparus des mouvements de protestation en réaction aux réformes économiques et sociales du pouvoir.  

Plutôt que de s’accorder sur une définition de la notion d’opposition, la science politique s’est attachée à décrire ses différentes formes et caractéristiques (Dahl, 1965), les fonctions qu’elle habite (Sartori 1966) et ses stratégies (Hirschman, 1970). Fondamentale à tout régime pluraliste, l’existence d’une opposition est soumise en Russie à un contexte restrictif et défavorable. Ainsi, depuis 1991, la prépondérante institution présidentielle s’est renouvelée par un processus que l’on pourrait qualifier de succession (Kryshtanovskaya, Sakwa, 2008) et non par alternance démocratique.

Face au projet sans cesse proclamé par les dirigeants russes d’unité politique et sociétale, comment s’articulent formes et pratiques des oppositions?

Cette conférence invite chercheurs et doctorants à venir confronter leurs analyses sur les modalités d’émergence, d’existence, de fonctionnement et d’adaptation des différentes formes d’opposition au(x) pouvoir(s) en place en Russie.  

Axes thématiques  

Le premier axe étudiera la dynamique partisane à l’œuvre, qui témoigne d’une relégation des partis politiques d’opposition démocratique au profit d’une recomposition autour du parti du pouvoir et des partis tolérés par le pouvoir. Cohabitant au sein de la Douma d’Etat depuis 2007 avec le parti dominant Russie Unie, comment les trois autres partis parlementaires (le Parti Communiste de la Fédération de Russie, le Parti Libéral Démocrate de Russie de Jirinovski et Russie Juste) formulent-ils des positions d’opposition?  

Le second axe portera sur les espaces de contestation hors système électoral, du Front Uni Citoyen de G. Kasparov aux associations de défense des droits des citoyens en passant par les syndicats professionnels, les mouvements sociaux, Internet ou encore le maquis (pour la région nord-caucasienne). Quels sont les ressources et les répertoires d’action de ces oppositions hors système électoral? Comment s’articulent ces différentes prises de parole, quels espaces occupent-elles? Il s’agira de déceler l’impact et l’ampleur de nouvelles plateformes de contestation et de mobilisation, dans un contexte de contrôle étatique croissant.   

Une proposition de résumé, en français ou en anglais, devra parvenir avant le 1er octobre 2009 à Aude Merlin (amerlin[at]ulb[point]ac[point]be) et Lou Brenez (lbrenez[at]ulb[point]ac[point]be). Cette proposition comprendra:

  • le nom de l’auteur, sa fonction et son établissement,
  • le titre de la communication,
  • un résumé de 2000 signes espaces compris.  

La conférence se déroulera à l’ULB les 11 et 12 mars 2010. Une sélection d’articles sera effectuée en vue d’une publication. Les papiers seront à rendre pour le 1er février 2010 afin d’être transmis aux discutants.

I enjoy the massacre of ads. This sentence will slaughter ads without a messy bloodbath.

Tagué :, , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement ■ Appel à contribution | date-limite: 1er octobre 2009 ■ à INSTITUT FONDANE.

Méta