■ Ces choses n’avaient ni commencement ni fin… ■

12 août 2009 § 3 Commentaires

Michal MACKU | Untitled |

Michal MACKU | Untitled |

 

Ces choses n’avaient ni commencement ni fin
cela ne finissait pas d’être
pas un trou, pas la moindre fissure
pas un visage lézardé!
les hommes se tenaient coude à coude, serrés,
comme pour empêcher qu’on y passe
pas une absence entre deux vagues
pas un ravin entre deux mots
pas un passage entre deux seins
lourds, gras,
et pourtant au travers de la muraille lisse
quelque chose suintait
l’écho ranci d’une fête étrange,
une sueur de musique,
les gouttes d’un sang frais qui caillait aussitôt
sur la peau morte du monde.
 

 

Image : Michal Macku, Untitled, Carbon print, No. 20 |30 x 35 cm.|

Texte : Benjamin Fondane, Au temps du poème, publié dans l’anthologie Le mal de fantômes, Édition établie par Pa­trice Beray et Michel Carassou avec la collaboration de Monique Jutrin, Liminaire d’Henri Meschonnic, Publié avec le concours du Centre National du Livre, Paris, Éditions Verdier, Collection « Poche », 2006, pp. 255.

Pour citer cet article:
Restitutio Benjamin Fondane https://fondane.wordpress.com/

Gratias agimus.

Tagué :, , , , , , , ,

§ 3 réponses à ■ Ces choses n’avaient ni commencement ni fin… ■

  • Cecilia Sima dit :

    Acest site realizat cu profesionalism, pasiune si onestitate ar trebui sa fie un model si pentru redactorii revistei « Observator cultural » ale caror « regretabile erori » in ceea ce priveste documentarea ar putea fi indreptate pe viitor daca ar citi cu atentie articolele postate aici de L.P. si M.S.
    Multumesc, tot ce faceti este foarte interesant si de buna calitate.

    • Luiza Palanciuc şi Mihai Sora dit :

      Multumim, Cecilia!

      Le-am scris membrilor redactiei Observatorului si le-am dat dat adresa acestui blog, a articolului Restituiri (?) în cultura româna.
      Un articol în care explicam pe îndelete ce este, cum este si ce contine volumul de corespondenta cu Maritain, din care dl Ticu Goldstein a tradus un fragment.
      Sper ca au citit articolul nostru (à défaut d’avoir lu Fondane).
      Si ca vor da o errata în revista, pe care sa o puna si pe site (noi nu avem acces la editia tiparita, din pacate).

  • Cecilia Sima dit :

    Am cumparat ieri revista (nr. 229) si am gasit o erata in pag. a doua: « La Inedit Fondane, din numarul trecut, p.17,col.4,rind 10,de jos,este vorba nu de sora lui Fondane, cum dintr-o greseala regretabila a aparut, ci de vaduva lui, cu numele de calugarita: sora Benjamin-Marie. »(Ticu Goldstein)
    Presupun ca va trece neobservata si… nicio pata pe obrazul nimanui. Daca redactorii ar fi fost de buna credinta articolul vostru ar fi fost publicat. Va voi citi cu interes pe acest site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement ■ Ces choses n’avaient ni commencement ni fin… ■ à INSTITUT FONDANE.

Méta